Culture, Arts et littérature1


 

vannerie-alg"Au fil des siècles, l’architecture, la musique et la littérature algériennes ont subi des influences romaines, arabes, espagnoles et françaises. Depuis que le pays a accédé à l’indépendance, le gouvernement a cherché à promouvoir la renaissance de l’héritage arabe, qui avait été mis au ban pendant la période coloniale française. Le gouvernement a fait construire des centres d’artisanat où les artistes locaux confectionnent tapis, poteries, broderies, bijoux ou objets en métal selon les méthodes artisanales traditionnelles. L’Institut national de musique encourage quant à lui musiques et danses traditionnelles.

L’héritage architectural de l’Algérie est des plus riches : ruines romaines, mosquées arabes décorées de magnifiques mosaïques, palais turcs, bâtiments administratifs de style européen. La partie la plus ancienne de chaque ville est appelée Medina: on y trouve des rues étroites et sinueuses, flanquées de maisons traditionnelles avec une cour au milieu. A titre d’exemple, l’oasis d’El Oued, dans l’Est du pays, est surnommé «le village aux mille dômes», presque tous les édifices étant surmontés de dômes, construits à l’origine pour protéger de la forte chaleur de l’été.

femme-berbreC’est sous l’influence des musiques traditionnelles espagnole et marocaine qu’est née, dans les tribus rurales des environs d’Oran, une musique simple, rythmée, souvent répétitive, appelée Raï. Cette musique, qui animait autrefois mariages et fêtes, a aujourd’hui recours à des instruments modernes et s’accompagne de paroles dans le dialecte local ; parmi les chanteurs de raï algériens les plus connus, on citera Cheikha Rimitti, Cheb Khaled et Cheb Mami. Le Chaabi et le Badoui, musique du désert au rythme lancinant, sont deux autres types de musique traditionnelle très populaires en Algérie.

Les écrivains algériens publient en arabe, en berbère et en français. Parmi les plus connus, on mentionnera Kateb Yacine, dont le roman Nedjma (1956) traite de la guerre d’Algérie; Rachid Mimouni, dont les ouvrages traitent aussi de politique et d’histoire (notamment La Malédiction – Prix du Levant – et L’Honneur de la tribu); Tahar Djaout dont les romans, tels Les Chercheurs d’Os et Les Vigiles, décrivent la vie dans l’Algérie d’aujourd’hui; Mouloud Mammeri et Mouloud Feraoun, qui consacrent quant à eux leur écriture à la vie des Berbères; Mohammed Dib, romancier et poète innovateur très prolifique; Assia Djebar, écrivaine qui dépeint la vie des femmes algériennes dans Vaste est la prison, Ombre sultane et Femmes d’Alger. Aujourd’hui, sont nombreux les écrivains algériens réputés a l’échelle national et même a l’étranger et qui consacrent leurs écritures a la vie politique et économique, les traditions et la culture mais aussi la société et la place de la femme dans la société tel que Ahlem Mostaganemi. On soulignera en fin que le célèbre écrivain français Albert Camus, auteur de livres à caractère existentialiste comme L’Étranger et La Peste, était d’origine algérienne.

Le cinéaste algérien Mohammed Lakhdar Hamina a remporté la palme d’or au festival de Cannes de 1975 avec Chronique des années de braise. Bab el Oued City (1994) et Salut Cousin! (1995), du cinéaste Merzak Allouache, ont fait connaître la vie algérienne au public européen et nord-américain."

Les Fêtes locales en Algérie


 
sahara-algeria-24L’Algérie est une nation aux multiples facettes où les traditions riches en couleurs se répercutent de génération en génération. Les fêtes locales d’Algérie, c’est tout un pays où la fête est présente toute l’année à travers l’ensemble des régions. Du nord au sud, chaque région possède ses propres fêtes qu’elle célèbre avec faste.

 Symboles des traditions populaires, les fêtes locales sont devenues une occasion pour l’organisation de séjours touristiques pour découvrir les merveilleux sites de chacune de ses régions et partager la joie des populations locales avec leur hospitalité légendaire.  Au total pas moins de 256 fêtes locales sont célébrées annuellement à travers les différentes régions du pays.

Tamanrasset : le Tafsit “les Couleurs du Printemps”

Marquant l’avènement du printemps, Tafsit est une occasion pour une fête de trois jours riches en couleurs. C’est aussi une occasion pour les agences de voyage du Grand Sud de clôturer la saison touristique « Automne- Hiver » avant l’arrivée des grandes chaleurs estivales et des vents de sable.

touregTafsit est devenue au fil des années « une kermesse géante » où les touristes se retrouvent en pèlerinage pour « un au revoir et, à l’année prochaine ». Dans la tradition populaire Tafsit- qui veut dire printemps - est une occasion pour organiser de nombreux concours comme ceux du meilleur chameau,du meilleur attisant ou de l’élection de « Miss Hoggar » qui est devenue l’une des principales curiosités des dernières saisons. De par son caractère culturel et touristique, Tafsit est aussi une occasion d’organiser de courtes randonnées comme le circuit de la boucle de l’Assekrem pour admirer l’un des plus beaux coucher du soleil au monde à …2800 mètres d’altitude et, découvrir l’hérmitage de Charles de Faoucauld.

L’ensemble des habitants du Tassili N’Ajjer se rencontrent à Djanet pour se rappeler et surtout pour reconduire un pacte de paix scellé entre eux, il y a prés de 3000 ans. La tradition locale rapporte qu’a cette époque là, régnait entre les Oraren et les Traorfit (Tribus du Tassili N’Ajjer) une guerre fratricide des plus longues dans l’histoire des Ajjers. 
Ce n’est qu’en apprenant la victoire de Moise sur Pharaon qu’ils consentirent à mettre fin à leurs conflits et scellèrent un pacte de paix qui, depuis, les a unit.

Devenue une fête mythique, jouissant d’une symbolique tout aussi particulière, sa célébration le jour d’EL ACHOURA.

chevaliersTimimoun : Le S’Boue, Une semaine au rythme du Karkabou

Coïncidant avec la fête du Mawlid (célébration de la naissance du Prophète Mohamed) dont la date est arrêtée suivant le calendrier hégérien.Le S’Boue est comme son nom l’indique est une fête qui dure sept nuits et sept jours,cette fête est devenue au fil des années une grande attraction touristique avec des circuits à travers les vieux ksars et palmeraies du Gourara .

Bechar : Moussim Taghit, la fête de la datte

Le Maoussim de Taghit est célébré à la fin de chaque mois d’Octobre la récolte de la datte, principale ressource de cette étendue verdoyante de la Saoura. Celle–ci réunit ses voisins du Touat autour de cette fête vielle de plus de 19 siècles.

La tradition, ainsi, instaurée est fêter trois jours durant au rythme du bendir, du goumbri et de chants en chœur.

Naâma : La ouaâda de Sidi Ahmed El Medjdoub

Célébrée durant le second Week-end de chaque mois d’Octobre la Ouaâda de Sidi Ahmed El Medjdoub qui se déroule dans la commune d’Asla (Wilaya de Naâma) en l’honneur de Sidi Ahmed El Medjdoub. Ce Saint Homme est né dans la localité en 1490 et pour qui la fête est organisée pour rendre hommage à sa sagesse et à son « fiqh ». Mais, aussi pour préserver et perpétuer les traditions et les coutumes issues des préceptes de l’Islam.

Hospitalité bédouine oblige, les Medjadba reçoivent à cette occasion, tous les visiteurs et leurs assurent une restauration traditionnelle sous des Kheimas accueillantes.

Festival de Timgad : les Aurès en Fête

poterie-berbere-algSe déroulant durant chaque année la première semaine du mois de Juillet, l’épopée du festival de Timgad a commencé dès les années soixante lorsqu’un groupe de personnes a voulu exploiter le site de Timgad pour l’organisation de journées culturelles mais, dont l’objectif était de placer ce joyau archéologique sur le marché mondial des vestiges afin de servir le tourisme national et faire revivre une culture riche et millénaire .

Fête de la Poterie de Mâatkas

La fête de la poterie se déroule chaque année, au mois de juin, dans la région de Mâatkas, prés de Boghnie au sud de Tizi Ouzou .Le métier de la poterie dans cette région est essentiellement féminin. Les femmes des Ath Khlil sont réputées pour qualité de leurs poteries faites d’ustensiles domestiques et produits de leurs ouvrages réalisés à partir d’une argile rouge disponible en quantité dans la région.

Fête des bijoux d’argent de Ath Yenni

bijoux-traditionnels-de-kabylieLes Ath yennie fêtent chaque année le bijou en argent, Elle a lieu au mois de Juillet. Le bijou de la région est réputé pour la finesse de l’ouvrage. Traditionnellement accompli par les hommes uniquement puis, partagé ces dernières années, par les femmes. Le savoir faire transmet de père en fils, les secrets de fabrique artisanale sont jalousement gardés chez les Ath Yenni. La légende raconte qu’autrefois les artisans bijoutiers refusaient de marier leurs filles à l’extérieur de la région de peur de voir leur secret s’évaporer. Le bijou est serti d’argent et de corail, ornement principal du bijou qui peut être agrémenté aussi d’émail dans les couleurs d’usage : jaune pour le soleil, vert pour la nature et le bleu pour le ciel. Des colories inspirées de la nature dans laquelle est lovée Ath Yenni, qui culmine à plus de 900 mètres d’altitude sur les hauteurs du Djurdjura.

Fête du tapis des Ath Hicham

Une autre fête célèbre, celle du tapis. elle a lieu au nord du pays, chez Les Ath Hichem, un des villages de la commune de Ath Yahia El Hammam en haute Kabylie, c’est le tapis qui réunit chaque année la population des autochtones autour d’une fête qui célèbre les tissages berbères. Le tapis est aussi ici exclusivement une affaire de femme.

tapisserie-alg-01La fête du corail d’El Kala

La célébration a lieu au mois d’août et rassemble pêcheurs, artisans et vendeurs. Le corail d’El Kala ainsi que celui de Bejaia est réputé pour sa qualité, pour ses coloris rares, en dehors du rouge, on dénombre aussi le rose, le saumon, le corail algérien régénère après sa cueillette rapidement. C’est de ce corail là que les bijoux de Ath Yenni sont ornés. Il est également exporté vers d’autres pays. A la même fête, il est aussi exposé et vendu des pipes et autres objets souvenirs faits de bois de bruyère, (une autre richesse de la région), de qualité supérieure. La pipe d’El Kala à une réputation internationale, elle est exportée dans plusieurs pays.

Ghardaïa : La Fête du Tapis

Ayant une vocation commerciale où la vente du tapis est à l’honneur, cette fête qu’abrite durant les vacances du printemps (Mi-Mars), la capitale de la vallée du M’Zab est ponctuée par une exposition des différents tapis du pays, des défilés de chars décorés par les tapis locaux, des concours du meilleur artiste, des soirées folklorique animées par des troupes de Karkabou et, des visites touristiques à travers les cinq villes de la métropole de la vallée du M’Zab où Béni Izguen se retrouve à l’honneur avec son mythique marché de vente à la criée.

 

Festivals internationaux en Algérie


alger-by-night

  • Festival Culturel International de TIMGAD, Batna, Mois: Juillet
  • Festival International du Cinéma d'Alger, Alger, Mois: Décembre
  • Festival Culturel Arabo Africain des Danses Folkloriques, Tizi Ouzou, Mois: Août
  • Festival Culturel International de Musique Andalouse " Malouf ", Constantine, Mois: Août
  • Festival Culturel International de la Bande Dessinée, Alger, Mois: Octobre
  • Festival Culturel International de Musique "Diwane", Alger, Mois: Juillet
  • Festival Culturel International de Djemila, Sétif au site archéologique de Djemila, Mois: Août
  • Festival Culturel International de Musique Andalouse et des Musiques Anciennes, Alger, Mois: Décembre.
  • Festival Culturel Arabe du Cinéma, Oran
  • Festival DjemilaFestival Culturel Maghrebin de Musique Andalouse, Tipasa, Mois: Mars
  • Festival Culturel International de Musique Jazz, Constantine, Mois: Mai
  • Festival Culturel International "d'El INCHAD", Constantine, Mois: Octobre
  • Festival Culturel International de Musique Symphonique, Alger, Mois: Décembre
  • Festival Culturel International de Musique "Samaa Soufie", Alger, Mois: Novembre
  • Festival Culturel International de "ABALESSA - TIN HINAN" pour les Arts de l'Ahaggar, Tamanrasset Abalessa, Mois: Février
  • Festival Culturel International de la Littérature et du Livre de la Jeunesse, Alger, Mois: Juin
  • Timgad 20Festival Culturel International du Livre, dénommé, "Salon International du Livre d'Alger -SILA", Alger, Mois: Octobre / Novembre
  • Festival Culturel International de la Calligraphie Arabe, Alger, Mois: Mai / Juin
  • Festival Culturel International de la Miniature et des Arts Décoratifs, Alger, Mois: Octobre
  • Festival Culturel International de l'Art Pictural Contemporain, Alger, Mois: Novembre
  • Festival Culturel International du Théâtre, Alger, Mois: Novembre
  • Festival Culturel International de Danse Contemporaine, Alger, Mois: Juillet

 

 Musées en Algérie


 femmes alger

  • Musée National des Arts et des Traditions Populaires 
    • Adresse : 69, rue Akli Malek, La Casbah – Alger. Tél:   (+213)0 21 71-14-34
  • Musée des Antiquités 
    • Adresse : Parc de la liberté, Telemly – Alger.  Tél: (+213) 21 74-66-86.  Fax: (+213)-031-92-38-95
  • Musée national du Bardo 
    • Adresse: 3, rue Franklin Roosvelt – Alger. Tél: +213 (0) 21 74-76-41
  • Musée national des beaux arts d’Alger 
    • Adresse: El Hamma ALGER. Tél : + 213 (0) 21 66 49 16
  • mosaique-de-la-chasse-de-djemilaMusée de l’Armée Nationale Populaire
    • Adresse: Riadh El Feth El Madania ALGER. Tél : 021.67.15.47 / 021.67.09.70. / 021.67.19.90, 021.67.19.74
  • Musée de Tipaza 
    • Adresse: Rue du musée, Tipaza, Alger. Tél: (+213) 24 47-89-38
  • Musée National CIRTA de Constantine 
    • Adresse: Plateau Coudiat Constantine 25000 Algérie.  
  • Musée National d’Archéologie Sétif 
    • Adresse: Avenue de l’ALN, 19000 Sétif. Tél : 036 84 35 36. Fax : 036 84 58 13
  • Musée d’El Djamila 
    • Adresse: Daira El Djamila Wilaya de Sétif  Tél: (036)85.17.59.
  • Musée d’Hippone 
    • Adresse: Route d’Hippone Annaba Téléphone. Tél: +213 (0)37 83 71 71
  • Musée Metlil.
    • Adresse : Office Communal du Tourisme W. de Ghardaïa. Tél: (029)82.60.22 / (029)82.60.21, (029)82.62.43 / (029)82.60.02.
  • Musée de Beni Yezguen, Ghardaia.
    • Adresse : Beni Yezguen, Ghardaia
  • Musée de Beni Abbès
    • Adresse: Beni Abbès (Saoura) BECHAR. 

 

 



1 Source: l’Algérie (Projet des Profils culturels, Centre Anti-Racism, Multiculturalism and Native Issues (AMNI), Faculté de travail social, Université de Toronto, avec l'aide de Citoyenneté et Immigration Canada)

top